Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 09:57

C'est une vieille vidéo (de 2010) d'un débat entre Mélenchon et des jeunes sur france 4. Je vous la conseille quand même car elle se situe entre humour et gravité. Car même si ça fait bien rire et bien plaisir de voir Mélenchon renvoyer les jeunes réacs dans leurs cordes, mais pour autant le discours de certains de ces jeunes est assez répandu (chez de nombreux jeunes, notamment à l’université) et c'est assez affligeant de voir que des jeunes basculent dans l’analyse émotionnelle, réactionnaire et ne se soucient pas de questionner leurs interprétations de la société.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Parti de Gauche Villeurbanne - dans Droite
commenter cet article
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 06:00

 

COMMUNIQUE NATIONAL DE "GAUCHE UNITAIRE", MEMBRE DU FRONT DE GAUCHE :

Les dirigeants de l’UMP sont en panique. Après la défaite des présidentielles et avant celle qui s’annonce aux législatives et alors que les barrières entre droite et extrême droite sautent une à une, les responsables de droite se sont lancés dans une surenchère d’insultes ignobles envers le Front de Gauche et envers notre camarade Jean Luc Mélenchon, accusé « d’antisémitisme ». Le journal de Jaurès « L’Humanité » a même été assimilé au torchon d’extrême droite « Minute ». Une tactique politicienne médiocre pour décrédibiliser le Front de Gauche, obliger le Parti Socialiste à se justifier et tenter de masquer leur propre turpitude.

C’est le signe d’une fuite en avant face à une situation qu’ils ne maîtrisent plus. Déjà en juillet 2010, alors que le scandale de l’affaire Woerth – Betancourt éclatait, Xavier Bertrand affolé accusait le site Médiapart de « méthodes fascistes ». C’est le « point Godwin » qui est atteint : faute d’argument dans une discussion, l’adversaire est assimilé au péril nazi et à l’antisémitisme, pour le disqualifier. C’est la « reductio ad hitlerum »… On voit ainsi combien la vie politique « post – présidentielle » et « post – Sarkozy » a été bouleversée. Il n’est plus question de débat démocratique mais d’une brutalisation de plus en plus forte des comportements.

En lançant de telles attaques, les dirigeants de l’UMP créent ainsi une passerelle supplémentaire avec le Front National, qui avait été le premier à lancer ce type d’insulte contre Jean Luc Mélenchon. La droite est en train d’opérer un rapprochement accéléré avec le FN. Nathalie Kosciusko-Morizet qui avait écrit un livre contre le FN s’est rallié au « ni PS ni FN », Nadine Morano qui en appelle ouvertement aux électeurs FN est soutenu par François Fillon et l’UMP Roland Chassain se désiste au second tour au profit de FN dans les Bouches-du-Rhône… Plus profondément, c’est l’électorat UMP qui aspire massivement à une alliance avec le FN.

Face à l’offensive de la droite, la gauche doit faire face et ne pas céder un pouce de terrain. Surtout elle doit reprendre l’offensive pour marginaliser les discours de haine et de rejet et s’appuyer sur le peuple pour imposer de nouveaux progrès sociaux et démocratiques.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Parti de Gauche Villeurbanne - dans Droite
commenter cet article
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 05:38

Un film qui, espérons-le, n'aura pas de suite, ni de remake...

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Parti de Gauche Villeurbanne - dans Droite
commenter cet article
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 13:58

DANS "BASTAMAG" :

L’oligarchie sarkozyste bientôt orpheline ?

Par Ivan du Roy (3 mai 2012)

Pour le président candidat, ils incarnent le mérite, l’effort et la réussite patrimoniale. « Ils », ce sont ses proches amis du monde des affaires, son réseau d’investisseurs, de PDG et de grandes fortunes : Les Bernard Arnault, Vincent Bolloré, Martin Bouygues, Jean-Luc Lagardère et consorts. Cette « France du travail » qui « n’a pas à s’excuser pour son patrimoine », selon les mots du Président. Retour sur une oligarchie financière placée au cœur du quinquennat qui s’achève.

« La France du travail n’a pas à s’excuser pour son patrimoine, pas à s’excuser pour ses efforts, pas à s’excuser pour son mérite. Ce qu’elle possède, elle l’a gagné », lance le candidat-président le 1er mai, lors du rassemblement de l’UMP place du Trocadéro à Paris. Nicolas Sarkozy semble avoir bien vite oublié d’où viennent les amitiés qu’il a liées avec le monde des affaires.

Parmi les quatre grandes fortunes les plus proches du Président, et présentes à la soirée du Fouquet’s du 6 mai 2007, tous ont hérité de groupes industriels ou d’entreprises fondés par leur géniteur. Les empires Bouygues – dans le BTP, la téléphonie mobile, sans oublier TF1 – et Lagardère – Groupe Lagardère et Hachette, participation dans EADS – étaient déjà bien en place lorsque Martin et Jean-Luc en ont pris la tête. (...)

Des parrains si méritants

Antoine Bernheim, véritable « tuteur » de Nicolas Sarkozy dans le monde des affaires. Il a soutenu le futur chef de l’UMP pendant sa traversée du désert, après l’élimination d’Édouard Balladur au 1er tour de l’élection présidentielle de 1995. « Au fil des dîners et des réceptions plus ou moins mondaines, les amis de Bernheim deviennent aussi ceux de Nicolas Sarkozy », raconte le journaliste Frédéric Charpier [1]. Antoine Bernheim était, en 2011, l’un des administrateurs français les mieux rémunérés – près de 700 000 euros par an [2] – grâce à ses six mandats au sein du groupe Bolloré, de Ciment français, du fonds d’investissement Eurazeo (qui détient 25 % des parts d’Ipsos), d’Havas et de LVMH (Bernard Arnault). Cela ouvre bien des portes.

Le second « parrain » de celui qui devient Président en 2007 est le milliardaire canadien Paul Desmarais. Il possède 44 % des actions de Power Corporation, une société financière nord-américaine qui détient d’importantes participations dans plusieurs grandes entreprises européennes et françaises. « En 1995, il accueille le futur Président dans sa propriété québécoise de 75 kilomètres carrés, où il le réconforte en trouvant les mots justes, que rapporte Sarkozy le jour où il le décore : "Il faut que tu t’accroches, tu vas y arriver, il faut que nous bâtissions une stratégie pour toi." », rapporte Frédéric Charpier.

Les efforts de la dérégulation

Paul Desmarais et un autre ami milliardaire du candidat-président, le Belge Albert Frère, ont directement bénéficié de la privatisation de GDF, supervisé par un certain Nicolas Sarkozy, alors ministre des Finances. L’homme le plus riche de Belgique était lui aussi présent à la soirée du Fouquet’s, le 6 mai 2007. Il est propriétaire, aux côtés de Power Corporation (et donc de Paul Desmarais), du Groupe Bruxelles Lambert, qui lui-même possède des actifs au sein de quelques poids lourds de l’industrie hexagonale : GDF-Suez, Imerys (« leader mondial des spécialités minérales pour l’industrie »), Lafargue (BTP), Pernod-Ricard, Total et Veolia Environnement. Antoine Bernheim et Paul Desmarais ont été faits grands-croix de la Légion d’honneur en 2007 et 2008. Une prestigieuse décoration qui n’avait été accordée jusque-là qu’à un seul grand patron : Marcel Dassault, fondateur du groupe éponyme, et père de Serge, sénateur UMP de l’Essonne, héritier du groupe aéronautique et propriétaire du Figaro.

Dans la famille des héritiers amis du Président, figure également Dominique Desseigne. Le propriétaire du Fouquet’s, 92e fortune française, a hérité du groupe Lucien Barrière au décès de son épouse, Diane Barrière-Desseigne, en 2001, qui avait elle-même hérité des parts que lui a léguées son père, fondateur du groupe. Celui-ci est spécialisé dans les hôtels de luxe et les casinos. Il a directement profité de la loi libéralisant les jeux et les paris en ligne, adoptée en avril 2010 sous la présidence d’un certain… Nicolas Sarkozy. Un marché alors estimé à 3 milliards d’euros [3]. (...)

Le patrimoine de la Collaboration

La milliardaire désormais la plus célèbre de France, Liliane Bettencourt, dont une infime partie (400 000 euros) de l’immense fortune (17,5 milliards) aurait servi à financer la campagne électorale de Nicolas Sarkozy en 2007, est elle aussi l’héritière d’une lignée méritante. Son père, Eugène Schueller, d’origine alsacienne, lance en 1909 une teinture pour les cheveux baptisé L’Oréal, rachète Monsavon en 1928, puis crée le shampoing Dop en 1933. Le groupe, qui pèse aujourd’hui 20,3 milliards de chiffre d’affaires, est né. Eugène Schueller s’intéresse aussi à la politique. Avant la Seconde Guerre mondiale, il se rapproche d’Eugène Deloncle, dirigeant du groupe armé d’extrême droite La Cagoule, qu’Eugène Schueller finance. La Cagoule assassinera plusieurs militants antifascistes européens réfugiés en France. C’est avec lui que le fondateur de L’Oréal crée, sous le régime de Vichy, une organisation collaborationniste, le mouvement social-révolutionnaire. Eugène Schueller ne sera point inquiété à la Libération. L’un de ses proches, Jacques Corrèze, lieutenant d’Eugène Deloncle et condamné en 1948 pour intelligence avec l’ennemi, deviendra l’un des cadres dirigeants de L’Oréal.

Dans les grandes fortunes françaises présentes au Fouquet’s le 6 mai 2007 [4], il n’y a guère que JC Decaux et François Pinault qui n’ont pas particulièrement profité d’héritages massifs. François Pinault, 5e fortune nationale, détient, via sa holding financière Artémis, 40 % du capital du groupe PPR (Puma, Fnac, Gucci…) et des parts dans le géant du BTP Vinci, accro aux partenariats public-privé. Il est pour l’instant le seul à publiquement s’inquiéter de la dérive très droitière de son ancien champion électoral : « Il perd les pédales. Les gens proches de lui pensent qu’il pourrait encore gagner. Il est cuit ! C’est comme dans le bunker de 1945 » [5], a lâché le milliardaire, le 28 avril, lors d’une exposition à Colmar. Sale ambiance de fin de régime pour l’oligarchie sarkozyste.

Notes

[1] Dans Histoire secrète du patronat, éd. La Découverte.

[2] D’après les calculs de l’hebdomadaire Challenges.

[3] Lire notre article « oligarques à gogo ».

[4] Albert Frère, Arnaud Lagardère et Liliane Bettencourt n’y étaient pas.

[5] Rapporté par Le Monde.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Parti de Gauche Villeurbanne - dans Droite
commenter cet article
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 08:30

Une réalisation monstrueuse (dans tous les sens du terme :)), et presque véridique, de nos copains du collectif Le Pavé :

Partager cet article

Repost 0
Publié par Parti de Gauche Villeurbanne - dans Droite
commenter cet article
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 09:12

LE "THINK TANK" (club de réflexion) LIBERAL "FONDAPOL" présente ses propositions, qui ne se veulent "ni de droite ni de gauche", ben voyons...

Ce club de réflexion, par la voix du politologue Dominique Reynié (qui met le "populisme" à toutes les sauces, Mélenchon et Le Pen idem selon lui...) pense que la droite serait bloquée par un "mur social", et que la gauche pourrait donc peut-être aussi l'appliquer : NON MERCI, MESSIEURS LES BIEN-PENSANTS, NOTRE GAUCHE, C'EST AUTRE CHOSE...

EXTRAITS ci-dessous : un festival de fausses évidences néolibérales au service de l'"intérêt général" bien entendu... Attention c'est gratiné, tellement caricatural dans ses certitudes et son mépris du peuple que cela en devient drôle :

http://www.lenouveleconomiste.fr/dominique-reynie-fondapol-la-france-doit-faire-sa-revolution-culturelle-7477/

Dominique Reynié.jpg Dominique Reynié, Fondapol – « La France doit faire sa révolution culturelle » Plaidoyer étayé pour une solution libérale, enrichie, modernisée, appliquée à la France

 

 

"Quel parti pourrait en France s’atteler à la mise en œuvre de cette vision relevant de l’intérêt général bien compris de la nation
La droite risquerait de se heurter au mur social. Alors la gauche, oui peut-être."
Morceaux choisis:
- la réduction des inégalités via le canal étatique semble devoir entraîner inéluctablement en France l’excroissance de la fonction publique et de l’administration
- Aujourd’hui, pauvreté, inégalités, croissance en berne et déficits et prélèvements record coexistent dans le modèle. Où est l’erreur ? Dans l’inefficacité de l’Etat.
- L’une des raisons de la dislocation de la famille en France est le rôle de l’Etat “grand tuteur” auquel on s’adresse plus qu’à ses parents.
- La manière exceptionnelle avec laquelle les Français se sont emparés de ce nouveau statut [d'auto-entrepreneur] démontrent que les Français ont une grande envie d’agencer une existence harmonieuse par eux-mêmes en pratiquant plusieurs activités et métiers
Il importe que les entreprises s’engagent sans attendre le signal des pouvoirs publics dans la prise en charge de l’intérêt général
Il faudrait par exemple un contrat de travail avec des clauses minimales qui laissent aux parties une bien plus grande latitude que les formules corsetées actuelles. 
Il faut sortir de cette logique du soupçon sous-jacente à toute la réglementation bâtie au fond pour empêcher d’hypothétiques abus qui ne sont que des exceptions
- Il est néanmoins tout aussi évident qu’une partie de ce temps gagné doit être consacrée à travailler plus longtemps aussi
Les manifestants revendiquant ce droit au départ à la retraite intangible se comportaient en réalité comme de purs consommateurs de droits, des individus détachés de toute obligation à l’égard des autres.
Une des réponses à apporter à l’impuissance du politique qui nourrit le populisme est de jouer la carte de “l’européanisation” de la puissance publique, le seul bon niveau selon moi pour ne pas laisser les individus atomisés et vieillissants flotter entre un Etat-nation défait et un monde globalisé

MAIS COMMENT SE DEFINISSENT-ILS POLITIQUEMENT ?

Où se situe la Fondapol ? La positionner à droite (ou à gauche) la placerait ipso facto dans un camp, avec tout ce que cela implique de logiques disciplinaires. Or pour un think-tank dont le but est de produire des idées, un telle mise au pas est totalement inconcevable. Et puis, le clivage droite/gauche a-t-il encore un sens quand on voit combien au sein de ces deux grandes familles la palette est large. Entre par exemple Jean-Luc Mélenchon et Jacques Delors, les différences sont à l’évidence plus grandes que celles qui séparent ce dernier et Jean-François Copé. De même, Jean-Luc Mélenchon se situe probablement plus près de Marine Le Pen que cette dernière de Jean-François Copé. Comme consultant et citoyen, je ne m’inscris dans aucune logique partisane, préférant me définir par rapport à des valeurs. Les miennes, qui sont aussi celles de la Fondapol, sont le libéralisme, le progressisme, l’Europe, avec en creux le refus de l’étatisme et du souverainisme.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Parti de Gauche Villeurbanne - dans Droite
commenter cet article
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 08:08

De l'humour qui fait réfléchir : une excellente vidéo de GROLAND, toujours d'actualité...

Partager cet article

Repost 0
Publié par Parti de Gauche Villeurbanne - dans Droite
commenter cet article
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 11:18

Discours de Nicolas Sarkozy

Jean-Luc Mélenchon réagit à l'intervention de Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy vient d'annoncer un troisième plan d'austérité. Standard and Poor's a été obéie. Cela va saigner. La ponction annoncée pour servir la finance sera supportée à 85% par les ménages. Le capital y contribuera six fois moins. J'annonce même qu'il n'y contribuera pas du tout. Car les mesures qui frappent le peuple s'appliqueront tout de suite, tandis que celles qui toucheraient le capital sont reportées au lendemain de l'élection. Des milliers de jeunes seront poussés hors de l'école pour aller en apprentissage. Terrible nouvelle, les salaires et le temps de travail seront négociés dans l'entreprise et la loi n'y pourra rien. Enfin le logement sera de nouveau dérégulé, soi-disant pour baisser les loyers. Jusqu'au bout, le président sortant aura cherché à enfumer les Français.

Jusqu'au bout, il fera des cadeaux au patronat

Sous prétexte de renforcer la compétitivité de la France, Nicolas Sarkozy fait un cadeau de 13 milliards au patronat, et leur offre la possibilité de déroger au code du travail.

Depuis le temps que le MEDEF exigeait de sortir le temps de travail et le SMIC de la loi, c'est chose faite !

Outre une augmentation du temps de travail et une baisse des salaires, les travailleurs devront affronter une hausse de la TVA, et renoncer à toute baisse des loyers. Ses mesures sur le logement vont permettre à ses amis d'agrandir leurs villas, mais sûrement pas de construire les logements sociaux qui manquent cruellement, et qu'il n'a même pas évoqués.

Décidément, le quinquennat de Nicolas Sarkozy se résume en une phrase : faire payer les plus modestes !

Partager cet article

Repost 0
Publié par Parti de Gauche Villeurbanne - dans Droite
commenter cet article
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 20:49

 

bayrou

Pour la droite et l'extrême droite, piller Jean-Luc Mélenchon et le Front de Gauche devient une méthode à la mode.

Après Marine Le Pen annonçant vouloir "rendre visible les invisibles", reprise mot pour mot de l'expression lancée par le candidat du Front de gauche devant les ouvriers de Fralib six mois auparavant, voilà que François Bayrou s'essaie à son tour à la copie.

Son appel à la "Résistance" hier soir devant le sage public de son premier meeting de Dunkerque renvoie évidemment au lancement de la campagne de Jean-Luc Mélenchon en juin dernier Place Stalingrad. Mais tout cela avait des airs de mauvais remake.

Sans doute parce qu'aucun déguisement ne pourra travestir la purge austéritaire que ces candidats ont en commun de vouloir imposer au peuple. Et sur ce point, il n'y a pas de danger qu'ils s'essaient à copier le candidat du Front de Gauche.

Eric Coquerel,
Secrétaire National du Parti de Gauche

Partager cet article

Repost 0
Publié par Parti de Gauche Villeurbanne - dans Droite
commenter cet article
31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 07:25

 LIBERATION le 27/12 :  Claude Guéant mis au piquet par l’Insee

«Contrairement à ce qu’on dit, l’intégration ne va pas si bien que ça: le quart des étrangers qui ne sont pas d’origine européenne sont au chômage, les deux tiers des échecs scolaires, c’est l’échec d’enfants d’immigrés.»

Claude Guéant, ministre de l'Intérieur, le 22 mai, sur Europe 1

Impossible de ne pas le sortir du lot. Claude Guéant mérite sans conteste la palme du menteur 2011 pour son extravagante affirmation sur l’échec scolaire des immigrés, mais surtout pour le surréaliste entêtement qui l’a poussé à persister dans le bobard, en dépit de tout. Tout commence le 22 mai, sur l’antenne d’Europe 1, le ministre de l’Intérieur affirme : «Les deux tiers des échecs scolaires, c’est l’échec d’enfants d’immigrés.»

Deux tiers d’enfants en échec scolaire d’origine immigrée ? La statistique fait bondir les associations et les chercheurs. Guéant prétend d’abord puiser son information du rapport 2010 du Haut Conseil à l’intégration (HCI) sur les défis de l’intégration à l’école. Sauf que rien dans ce document ne vient confirmer ses dires. Le cabinet du ministre change alors son fusil d’épaule. C’est à une étude de l’Insee parue en 2005 qu’il prétend se référer. Las, ce n’est guère plus convaincant.(...)

Sachant que les enfants d’immigrés ne composent que 10% de l’ensemble, une simple règle de trois, accessible aux collégiens, permet d’aboutir à un autre résultat : environ 16% des enfants en échec sont des enfants d’immigrés. C’est bien loin des deux tiers. Mais le cancre Guéant va continuer, jusqu’à s’enfoncer dans le ridicule. Dans deux droits de réponses qu’il fait parvenir à Libération, dont un acheminé au petit matin par deux motards de la République, il persiste, défend ses calculs, et qualifie d’«exotiques» ceux de ses contradicteurs.

Ce sont finalement les syndicats de l’Insee qui, scandalisés qu’un ministre s’autorise à déformer si grossièrement les conclusions d’une étude de l’institut statistique, obtiendront un démenti officiel en faisant pression sur leur direction. Chose rarissime, un communiqué de l’Insee vient officialiser mi-juin le fait que le ministre de l’Intérieur français ne sait pas compter. Voilà ce qu’on y lit : «Suite aux différents échanges qui ont eu lieu par voie de presse à ce sujet, l’Insee souhaite rappeler les statistiques publiées en 2005 sur le parcours scolaire des enfants d’immigrés. La proportion d’enfants d’immigrés parmi les élèves sortis sans qualification de l’enseignement secondaire peut être estimée à environ 16% pour les enfants de familles immigrées.»

Partager cet article

Repost 0
Publié par Parti de Gauche Villeurbanne - dans Droite
commenter cet article

Recherche

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -