Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 août 2011 3 10 /08 /août /2011 06:19

La Cour des comptes, institution sérieuse et impartiale s'il en est, a publié le 7 juillet un rapport accablant sur la politique de sécurité publique depuis 2002. Le rapport montre notamment que la hausse des effectifs de police et de gendarmerie entre 2002 et 2007 a été annulée par les baisses d'effectifs depuis 2007, que les problèmes d'organisations du travail des forces de l'ordre sont dramatiques, et que la vidéosurveillance n'a pas fait la preuve de son efficacité (en dépit de son coût exorbitant).

Osons le dire autour de nous : la sécurité n'est pas une "spécialité" de la droite, celle-ci a au contraire un bilan nul en la matière, et ne s'est servie des questions de violence, de police et de justice que pour la carrière politique de M. Sarkozy. Qu'ils dégagent !

Lire ci-dessous le commentaire de Laurent Mucchielli, sociologue spécialiste du sujet, sur son blog du quotidien Le Monde :

Rapport de la Cour des Comptes sur la politique de sécurité : où est le problème ?

Le rapport que vient de rendre public la Cour des Comptes, sur « l’organisation et la gestion des forces de sécurité publique » (intégralement consultable sur le site du Monde), suscite une polémique qui n'a pas lieu d'être et qui menace de ridiculiser le gouvernement, pour au moins trois raisons.

1) Ce rapport n'a rien de révolutionnaire dans son contenu

Quiconque travaille sur les questions de sécurité comprend à la lecture de ce rapport qu'il n'a rien de révolutionnaire. On peut certes discuter quelques points précis et relever quelques erreurs factuelles. Mais, pour l'essentiel, il entérine les constats que les professionnels et les chercheurs font depuis plusieurs années. Ainsi en est-il :

- du constat que l'analyse précise des statistiques de police et de gendarmerie dément la communication auto-célébratoire des ministres de l'Intérieur successifs. Non, on ne peut pas affirmer que la délinquance a fortement reculé dans notre pays, ni que l'efficacité des forces de police et de gendarmerie a fait des progrès spectaculaires. Les chiffres agrégés et triés sur le volet dans les discours ministériels sont en bonne partie de la poudre aux yeux. On l'a montré à plusieurs reprises à l'occasion des conférences de presse du ministère de l'Intérieur au mois de janvier de chaque année. On a même été conduit récemment à reconnaître que Claude Guéant n'hésitait pas à présenter aux médias des chiffres tout simplement faux.

- du constat qu'aucun des grands problèmes d'organisation et de management des forces de police et de gendarmerie n'a été fondamentalement résolu (répartition des zones de compétences, répartition et calcul des effectifs, bureaucratisation du travail des agents de base, turn over des personnels dans les endroits difficiles, etc.).

- du constat que la principale innovation depuis 2002 réside dans la « culture du chiffre » imposée aux policiers et aux gendarmes, qu'il s'agit d'un management dont le but est l'utilisation politique des résultats et non l'amélioration de la performance réelle des administrations concernées, qu'il privilégie la quantité sur la qualité, qu'il renforce la centralisation jacobine du système tout en prétendant développer les partenariats locaux, qu'il est rejeté par la quasi totalité des policiers et des gendarmes concernés tout grades confondus.

- du constat que la vidéosurveillance est imposée par le gouvernement en l'absence de toute évaluation indépendance et rigoureuse, qu'elle a un coût exorbitant et que l'idée qu'elle peut compenser la réduction des effectifs de police et de gendarmerie est une grosse sottise (voir l'analyse de trois spécialistes).

Tout ceci ne peut en réalité étonner. Mais tandis que le gouvernement pouvait jusqu'à présent dire que c'étaient là des arguments de syndicats corporatistes, de chercheurs polémistes et de journalistes incompétents, la Cour des Comptes vient poser une reconnaissance et une légitimité institutionnelles qui dérangent autrement plus.

2) La Cour des Comptes s'est fondée exclusivement sur les données officielles

Quant à la méthode et aux sources, le rapport de la Cour des Comptes est d'autant moins critiquable par le gouvernement qu'il se fonde exclusivement sur des données institutionnelles à commencer par les ressources du ministère de l'Intérieur lui-même. La quasi totalité des données rassemblées par la Cour ont été fournies par les préfectures, par les services de police et de gendarmerie et par l'Observatoire National de la Délinquance et des Réponses Pénales (ONDRP) qui dépend directement du Premier ministre mais dont les statistiques sont fournies par le ministère de l'Intérieur. A aucun moment, la Cour ne s'appuie sur des enquêtes réalisées par des journalistes ou sur des travaux de recherche de type universitaire et scientifique. (...)

3) La réaction de Claude Guéant et des dirigeants de l'UMP est purement politicienne

Enfin, la tentative de politisation du problème par le ministre de l'Intérieur et les dirigeants de l'UMP (notamment messieurs Copé et Ciotti) est une diversion qui ne trompe personne et qui peut être très facilement réfutée. D'abord, on mesure une fois de plus le mépris dans lequel le pouvoir politique actuel tient les magistrats et les autorités administratives indépendantes. Et c'est cela qui devrait paraître « scandaleux » à tout défenseur de la République. Ensuite, accuser la Cour des Comptes et son président actuel Didier Migaud d'avoir fait un rapport partisan (un « rapport de gauche ») est soit une belle hypocrisie soit une totale méconnaissance de l'histoire de ce rapport et du fonctionnement de cette institution républicaine essentielle. En effet, on rappellera à monsieur Guéant et aux dirigeants de l'UMP que ce rapport sur la politique de sécurité n'a nullement été décidé et organisé par monsieur Migaud (nommé Premier président de la Cour des comptes en février 2010). Il avait en réalité été décidé par son prédécesseur Philippe Séguin. Et c'est également ce dernier qui avait constitué le groupe de travail au sein de la Cour.  (...)

Laurent Mucchielli & Christian Mouhanna

Partager cet article

Repost 0
Publié par Parti de Gauche Villeurbanne - dans Ville et sécurité
commenter cet article

commentaires

Recherche

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -