Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 17:35

DANS LE FIGARO :

Mélenchon dénonce l'austérité voulue par le PS  

Par Sophie de Ravinel  le 22/07/2011
«Les rallonges accordées représentent une nouvelle montagne de dette publique pour les États de la zone euro», déplore Jean-Luc Mélenchon.
«Les rallonges accordées représentent une nouvelle montagne de dette publique pour les États de la zone euro», déplore Jean-Luc Mélenchon. Crédits photo : Dargent Vincent/Dargent Vincent/ABACA

Le candidat du Front de gauche à la présidentielle dénonce un plan européen «qui ne réglera aucun problème». 

«Cet énième plan de sauvetage européen ne réglera aucun problème, ni à long terme ni à court terme.» Candidat du Front de gauche à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon n'a pas varié d'un iota dans ses critiques après l'accord noué entre les dix-sept membres de la zone euro. Pour lui, «la course à l'abîme continue» car «les rallonges accordées représentent une nouvelle montagne de dette publique pour les États de la zone euro». «Ceux-ci, dont la France, soutient-il, seront toujours obligés par les traités européens de se financer sur le marché au bénéfice des banques privées et sous la menace des agences de notation.»

Le député européen enrage du pouvoir de l'Union européenne transformée en «oligarchie politico-financière» qui a concocté ce plan «sous le contrôle de la Banque centrale, en présence de Jean-Claude Trichet qui en a été informé avant même les chefs d'État européens».

Un plan adopté aussi, dit-il, «en présence de dirigeants des grandes banques (BNP Paribas et Deutsche Bank) invités à siéger au Conseil européen parmi les représentants des gouvernements». «Il n'y a plus de frontières entre une instance politique et un conseil d'administration!», dénonce Mélenchon, qui considère que la décision de baisser les taux d'intérêt «arrive malheureusement trop tard pour arrêter la spirale récessive dans laquelle ces pays ont été précipités par des plans d'austérité inhumains…»

Une austérité derrière laquelle, tient-il à souligner, se rangent largement les candidats socialistes à la primaire, jusqu'à vouloir aller plus loin que le chef de l'État en la matière, soupçonne-t-il sur son blog: «Hollande fronce le sourcil, et aussitôt Aubry en rajoute: elle jure de revenir à trois pour cent de déficit public en à peine un an! Quarante milliards de moins dans le budget de l'État! Une superaustérité à côté de laquelle Sarkozy est un doux humaniste étatiste!»

«Faire sérieux donc austère» 

Mélenchon ne se montre pas plus ouvert à l'égard de la gauche du PS qui «ne bronche pas» car «domestiquée et alignée sur Aubry». «La vérité est que ces gens disent n'importe quoi, au fil de leur humeur, selon des besoins d'annonces médiatiques destinées à construire une image», juge Mélenchon pour qui ces socialistes cherchent à «faire sérieux donc austère…»

Secrétaire national du PCF, Pierre Laurent dénonce aussi cette austérité, soulignant que «c'est aux peuples que l'on va continuer de demander à payer l'addition» avec «des politiques salariales ravageuses, la casse des systèmes de retraite et des services publics, des privatisations généralisées». «Les intérêts financiers sont sauvegardés à court terme, mais les États et les peuples sont mis à genoux», prévient-il, précisant que le PCF «refusera d'inscrire les choix européens actuels dans la Constitution par le biais du système de la “règle d'or”.»

Partager cet article

Repost 0
Publié par Parti de Gauche Villeurbanne - dans Social-démocratie
commenter cet article

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -