Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 08:41
Sur Placeaupeuple.fr :
Depuis le début de la crise grecque, le Front de Gauche ne cesse d’expliquer qu’il existe une solution simple : que la Banque centrale européenne prête à la Grèce au taux d’intérêt dont bénéficient les banques privées, soit 1%.

 

Les Etats empruntent eux auprès des banques privés selon des conditions fixés par les marchés financiers. Ainsi, la France emprunte avec un taux d’intérêt autour de 3%. Depuis que leurs notes ont été dégradées par les agences de notation, l’Italie et l’Espagne ont vu leur taux d’intérêts fortement augmenter pour atteindre près de 7%. Des situations extrêmes peuvent se produire. La Grèce a ainsi vu son taux d’intérêts exploser pour atteindre l’année dernière plus de 20%. De l’usure pure et simple !

D’un côté les banques privées empruntent à 1%. De l’autre, elles prêtent à 3, 5, 10 voire 20% !

Avec le Traité de Lisbonne, les Etats sont donc obligés de se refinancer sur les marchés financiers : « Il est interdit à la Banque centrale européenne et aux banques centrales des États membres, ci-après dénommées «banques centrales nationales», d’accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions, organes ou organismes de l’Union, (...)» (Article 123 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne).

Pourtant, la BCE détenait en septembre dernier plus de 140 milliards d’euros de dette souveraine des Etats membres. Cette dette a été rachetée au prix fort par la BCE afin de protéger les banques privées. La BCE accepte donc d’intervenir directement afin de protéger les banques privés qui tirent profit de la situation depuis des années mais se refuse d’intervenir pour protéger un Etat et son peuple. Voilà où conduit la logique de l’Union européenne et du Traité de Lisbonne.

De plus, seule une Banque centrale peut venir au bout de la spéculation car elle dispose de liquidités illimitées. En revanche, les fonds aux ressources limitées comme celui mis en place par l’Union Européenne pour « sauver » les Etats menacés sont des proies faciles pour les spéculateurs capables de mettre assez sur la table pour faire « sauter la banque ».

Le fonctionnement actuel de la Banque centrale européenne est un obstacle à toute sortie de crise. Il est donc urgent d’agir pour réformer en profondeur le fonctionnement de cette institution comme le propose le programme du Front de Gauche :

→ “ Nous agirons pour le réaménagement négocié des dettes publiques, l’échelonnement des remboursements, la baisse des taux d’intérêts les concernant et leur annulation partielle ”.
→ “ La France proposera une refonte des missions et de statuts de la BCE, qui doit être mise sous contrôle démocratique pour lui permettre de pouvoir prêter à taux faibles, voire nuls, directement aux Etats ”.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Parti de Gauche Villeurbanne - dans Europe
commenter cet article

commentaires

Recherche

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -