Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 06:48

L'HUMANITE, le 13 octobre :

Le travail humain peut-il rester plus longtemps une variable d’ajustement ?

Il n’y a pas de solutions pérennes à la crise sans transformer le travail

Par Alain Alphon-Layre, Responsable national CGT, Membre du Conseil d’Orientation des Conditions de Travail.

La crise n’est pas que financière. Elle résulte d’années de déflation salariale, de récession sociale et de pression sans précédent sur les activités de production. Depuis les années 1980, pour augmenter la rentabilité d’un capital suraccumulé, les actionnaires aidés par les différents gouvernements ont mis tout en œuvre pour dévaloriser le travail. Les entreprises ont massivement supprimé des emplois, limité la recherche et la formation, refusé de reconnaître les qualifications, elles ont développé la précarité et privilégié les investissements spéculatifs. L’industrie a été sacrifiée. La notion même de « création de valeur » a glissé du réel vers le financier. Cette inversion a frappé de plein fouet tous les compartiments de vie humaine au travail et hors travail.

Le travail humain qui devrait être au centre du développement social est devenu la variable d’ajustement. Les conséquences pour les salariés sont connues et reconnues. Au-delà du chômage, de la précarité et des bas salaires, la souffrance, le stress et malheureusement les suicides au travail ne cessent de se développer. Or les centres d’appels psy, les séances de gestion du stress ou de sophrologie ne sont là que pour traiter les conséquences mais en aucun cas les causes.

Ce n’est pas le travail qui rend malade, c’est le mal-travail. Tous les jours, une majorité de salariés sont empêchés de bien travailler. La santé, ce n’est pas seulement l’absence de maladie, c’est être capable d’assumer ses actes, créer, être utile, tisser du lien entre soi et l’environnement. (...)

On comprend pourquoi les méthodes managériales mises en place depuis plus de vingt ans, dans les secteurs privé et public, portent atteinte à la santé. Souvent, on décide en haut à partir de critères financiers mais jamais à partir du travail réel. On fixe des objectifs individuels inatteignables avec des méthodes de contrôle, des normes ISO, pour finir sur des critères d’évaluation qui, bien sûr, ne correspondent jamais au travail réel. Le malaise est si grand que le dernier sondage du cabinet Mercer fait apparaître que 30 % des salariés souhaitent quitter leur employeur, contre 19 % en 2007. (...)

Quelle démarche revendicative devons-nous développer ?

Nous avons tout d’abord deux pièges à éviter. Le premier, je l’ai déjà évoqué, c’est que sous prétexte que ça va tellement mal tout est bon à prendre pour soulager la souffrance. Le deuxième, c’est que comme c’est la faute du capitalisme, il faut changer la société pour changer le travail.

Renversons plutôt la problématique, c’est en transformant le travail que nous participons à transformer la société. C’était au cœur des luttes en mai 1968.

Il y a toujours un travail prescrit et un travail réel, même le salarié qui travaille à la chaîne ne fait pas exactement ce qu’on lui demande de faire. Il y a toujours une situation singulière qui nécessite l’intelligence, le savoir-faire de chaque salarié pour essayer de bien faire son travail. Il y a donc chez chacun une capacité d’émancipation. Il est essentiel pour la CGT de s’appuyer sur cette volonté qui peut être un formidable vecteur pour transformer le travail.

Le rôle de la CGT, c’est de montrer aux salariés que les capacités d’émancipation, de transformation du travail sont en eux et qu’aucun délégué ne peut le faire à leur place. Nous voulons permettre le débat entre les salariés, entre eux et avec leur hiérarchie, sur le travail bien fait. Remettre au débat la question du bien travaillé peut être un formidable catalyseur d’une démarche revendicative sur les salaires, l’emploi et la protection sociale.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Parti de Gauche Villeurbanne - dans Travail et emploi
commenter cet article

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -