Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2017 3 08 /03 /mars /2017 09:46

Le fond du discours de Marine Le Pen n’est pas nouveau : elle s’en prend, une fois encore, à l’immigration et à ses prétendues « conséquences désastreuses » sur la sécurité ou « l’identité nationale ». La forme, en revanche, peut surprendre puisque « c’est comme femme française libre, qui a pu jouir toute sa vie durant des libertés très chères, acquises de haute lutte par nos mères et nos grand mères »  que Marine Le Pen dit s’exprimer, oubliant de préciser que ces luttes, le femmes ont dû, et doivent toujours, les mener, le plus souvent, … contre le Front National.

Inutile de rappeler que le Front National a toujours farouchement combattu les luttes féministes pour le droit à l’avortement. Qualifiant, en 1975, la loi Veil sur la dépénalisation de l’avortement de « génocide anti-français », les positions du parti n’ont pas beaucoup évolué depuis, si ce n’est dans la forme. Jusqu’en 2007, le programme du Front National visait l’abrogation pure est simple de la loi Veil, notamment par voie référendaire. Marine Le Pen elle-même n’a pas hésité, en 2012,  à qualifier le Planning Familial de « centre d’incitation à l’avortement ». Réclamant « le déremboursement de l’IVG de confort », elle est allée jusqu’à prôner la fin du soutien aux centres pratiquant l’IVG au nom « du droit à ne pas avorter ».

Les autres aspects du combat féministe ne sont pas mieux traités par le Front National : la parité en politique est considérée comme un « racisme inversé » dont les « hommes blancs hétérosexuels » seraient les premières victimes et comme une menace pour la méritocratie. Quant à la place des femmes, selon le Front National, elle est à la maison. C’est le sens du « salaire parental » proposé par le parti, au nom de « la liberté des femmes à ne pas travailler » « à s’occuper de leur foyer », comme le soulignait l’eurodéputé Dominique Martin en mars 2015. D’une manière générale, il est important de rappeler que les élus du Front National votent systématiquement contre les textes en faveur des droits des femmes : contre la loi sur l’égalité réelle entre les femmes et les hommes, contre la loi sur le harcèlement sexuel, contre la loi pour l’abolition du système prostitutionnel. Au niveau européen, les eurodéputés du Front National ont également voté contre le rapport Estrela qui proposait de faire de l’avortement un droit européen,  contre le rapport Tarabella sur l’égalité entre les femmes et les hommes, contre le rapport Zuber sur l’égalité salariale.

Marine Le Pen s’érigeant en avocate de la cause des femmes est donc avant tout un mensonge éhonté, mais également un discours dangereux puisqu’il fait croire aux femmes, toujours plus nombreuses dans son électorat, qu’elle porte le combat féministe. Or, le Front National non seulement ne propose aucune avancée pour les femmes, mais bien au contraire, œuvre pour recul de leurs droits et de leurs libertés.Le discours de Marine Le Pen est également dangereux en ce qu’il instrumentalise les luttes féministes pour alimenter son discours contre l’immigration. Selon Marine Le Pen, c’est contre les étrangers, « tous plus ou moins barbares » comme le chantait Brassens, que les féministes devraient diriger leurs luttes.  Outre qu’il alimente les peurs, le repli et le racisme, ce discours éloigne les femmes des vrais combats féministes : la lutte contre les agressions sexuelles dont on sait qu’elle sont commises le plus souvent par une personne de l’entourage de la victime, la lutte contre les violences faites aux femmes, dont les statistiques montrent qu’elles concernent tous les milieux sociaux, la lutte pour l’égalité salariale, la parité, le droit à disposer de notre corps,…. autant de combats dans lesquels le Front National est, infatigablement, un farouche adversaire.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Parti de Gauche Villeurbanne
commenter cet article

commentaires

Recherche

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -